L’Index mondial de persécution est l’instrument utilisé par Portes Ouvertes pour mesurer l’évolution, l’étendue et l’intensité de la persécution des chrétiens dans le monde.
Le classement de l’index est le résultat d’un travail méticuleux. Nous rassemblons depuis 1992 des informations provenant de sources très différentes, religieuses et laïques.
La méthodologie a été complètement revue en 2012 et a subi quelques adaptations en 2013 et 2016.
Nous vérifions et recoupons l’information en provenance du terrain, avec celle qui est diffusée par d’autres organismes (presse, instituts de recherche, autres ONG, etc.).
Nous comparons de nombreux questionnaires que nous envoyons à des personnes internes et externes à l’ONG.
Nous notons et classons les pays en fonction des informations recueillies et analysées.

UNE ANALYSE DES DIFFÉRENTES COMPOSANTES DE LA PERSÉCUTION
Mettre en lumière la violence d’oppression au quotidien

L’index fait une distinction claire entre deux formes principales de persécution: d’un côté, la violence physique et matérielle, de l’autre côté, la violence d’oppression au quotidien.
La première forme de persécution est plus facilement mesurable que la seconde car elle attire l’attention (nombre de tués, nombre d’églises brûlées, nombre de jeunes filles kidnappées…).
Cependant c’est la seconde forme de persécution qui cause le plus de souffrance et lamine les communautés chrétiennes à plus ou moins long terme (atteinte aux droits élémentaires comme l’accès à l’eau, discrimination sur le marché de l’emploi, rejet familial…).
Pour mesurer cette seconde forme de persécution qui passe souvent inaperçue, des outils spécifiques sont nécessaires. Nous appelons ces outils les sphères de la persécution.

LES SPHÈRES DE LA PERSÉCUTION

L'Index définit cinq sphères distinctes pour mesurer les violences d’oppression quotidienne subies par les chrétiens:

Pressions
1. La vie privée
ou le domaine du «forum internum». Le persécuteur s’immisce-t-il jusque dans la conscience de l’individu.
2. La vie familiale, où le persécuteur cherche à stopper la transmission de la foi. 
3. La vie sociale, qui revêt une grande importance dans les pays où les quartiers et villages sont de population homogène.
4. La vie civile, et la possibilité ou non pour un chrétien de prendre part à la vie publique. 
5. La vie ecclésiale, et les restrictions qui visent les chrétiens en tant que communauté. 

Actes violents
Les violences corporelles et matérielles subies par les chrétiens pendant une période d’un an qui s’achève le 30 septembre précédant la publication de l'index viennent compléter cette évaluation. Ces actes peuvent avoir touché une ou plusieurs des cinq sphères.

UNE ÉTUDE DES PROCESSUS DE LA PERSÉCUTION
Les moteurs:

La persécution est un processus qui s’appuie sur trois types de moteurs: le tribalisme exclusif, le laïcisme extrême et les pouvoirs abusifs. Ces moteurs alimentent neuf différents mécanismes responsables de la persécution des chrétiens. Ces différents mécanismes sont eux-mêmes activés par douze genres d’instigateurs.
Le tribalisme exclusif ou «Entre Soi», tend à former une société homogène. Les «autres» sont exclus du groupe et considérés comme des êtres inférieurs, inhumains ou infidèles. Les actes les plus amoraux sont permis contre eux.
Le laïcisme extrême veut étouffer tout individu qui n’adhère pas à l’idéologie profane relevant du scepticisme et de l’anticléricalisme. Les principaux mécanismes relevant du laïcisme extrême sont l’oppression communiste et le laïcisme intolérant. Au final, l’Etat contrôle ce processus.
Les pouvoirs abusifs cherchent à concentrer toutes les ressources au profit d’un petit groupe ou d’un individu, et utilisent des moyens, tant légaux qu’illégaux, pour arriver à leurs fins. Les pouvoirs abusifs sont le fait principalement de totalitarismes ou de systèmes de corruption et nécessitent la cooptation entre dirigeants politiques et chefs de clans. Cette situation a souvent pour conséquence la persécution des chrétiens, même si ce n’est pas forcément le but recherché au départ.

Les mécanismes:
L’index catégorise neuf différents mécanismes responsables de la persécution des chrétiens. Très souvent, plus d’un mécanisme entre dans la persécution des chrétiens. Un mécanisme spécifique prééminent permet à d’autres de se développer.

   A) Tribalisme exclusif

1. Extrémisme islamique - Incorporer de gré ou de force le pays dans la "Maison de l'islam".
2. Nationalisme religieux - Soumettre la nation entière à une religion: hindouisme, bouddhisme, judaïsme orthodoxe...
3. Système clanique totalitaire - Un clan ou famille impose des valeurs ancestrales ou des croyances traditionnelles
4. Rivalités ethniques - Conserver la prééminence de traditions et de coutumes ou religions ancestrales. 
5. Supériorité ecclésiastique - Faire d'une dénomination chrétienne historique et majoritaire la seule expression chrétienne du pays.

   B) Laïcisme extrême

6. Oppression communiste - Faire du communisme l'idéologie nationale unique.
7. Laïcisme intolérant - Eliminer toute référence religieuse du domaine public et de la pensée individuelle.

   C) Pouvoirs abusifs

8. Totalitarisme ou paranoïa dictatoriale - Conserver un pouvoir absolu, sans nécessairement chercher à réaliser d'autres objectifs.
9. Corruption et crime organisé - Créer un climat d'impunité, d'anarchie et de corruption propice à un enrichissement personnel.

Les Instigateurs:
Les instigateurs de la persécution sont des groupes ou des individus animés par les différents moteurs mentionnés plus haut. L'Index recense douze différents types d'instigateurs. Plusieurs peuvent se regrouper pour mettre en place un mécanisme.

  • Fonctionnaires locaux, régionaux et nationaux
  • Dirigeants de groupes ou clans
  • Clergé de religions non-chrétiennes
  • Clergé de religions chrétiennes
  • Groupes religieux violents
  • Groupes de pression idéologiques
  • Individus de la société civile, foules
  • Famille (au sens large)
  • Partis politiques, au niveau local et national
  • Groupes révolutionnaires ou paramilitaires
  • Cartels, clans et réseaux du crime organisé
  • Organisations multilatérales (p.ex. ONU) et ambassades

UNE RECHERCHE SUR PLUSIEURS CRITÈRES: LA GRILLE DE POINTS
Une prérecherche est effectuée au moyen d’un outil appelé Rapid Appraisal Tool (instrument d’évaluation rapide) qui croise des recherches sur internet et différentes autres sources. Selon le résultat, des recherches complémentaires sont menées, destinées à déterminer la nécessité ou non d’une investigation approfondie. Si c’est le cas, des questionnaires de l’index sont adressés à des experts internes et externes mandatés pour évaluer le pays concerné.
Ces informations recueillies sont ensuite regroupées et recoupées pour arriver à un nombre de points qui décidera du rang du pays dans l’index. Les 50 pays où les chrétiens sont le plus gravement persécutés sont ainsi classés les uns par rapport aux autres:

Persécution extrême: entre 81 et 100 points. Dans ces pays, il n’est absolument pas possible de pratiquer sa foi. Les églises sont, soit interdites, soit tellement contrôlées qu’elles n’ont aucune liberté d’expression. Le simple fait d’être chrétien est synonyme de persécution.

Persécution très forte: entre 61 et 80 points. Dans ces pays, il est tellement dangereux de pratiquer sa foi que la plupart des chrétiens ont peur de révéler leur appartenance au christianisme. Dans certains cas, seules certaines régions du pays sont touchées par la persécution. Dans ces régions, des campagnes violentes et de longue durée sont menées contre les chrétiens.

Persécution forte: entre 41 et 60 points. Dans ces pays, il existe une Eglise qui est tolérée et qui bénéficie d’une certaine liberté. Mais en pratique, les chrétiens un peu trop visibles sont pris pour cible, les églises subissent des restrictions importantes et la culture du pays reste dans une large mesure hostile aux chrétiens. Ceux-ci sont notamment discriminés dans leur accès à l’éducation et à l’emploi. Dans certains pays la persécution est sévère mais elle se limite à certaines zones géographiques.

UN DOCUMENT HUMAIN
L’index n’est pas qu’une collecte de chiffres, il s’agit également d’un document «humain», qui reflète la vie de millions de chrétiens. Le but principal de l’Index mondial de persécution des chrétiens est de nous aider à déterminer dans quels pays nous devons focaliser notre soutien aux chrétiens persécutés.
Cet index est aussi publié afin d’encourager davantage d’individus, d’associations et d’institutions à se pencher plus précisément sur ce que vivent les chrétiens persécutés et sur leurs besoins, et pour que de meilleures stratégies puissent être élaborées dans le but de leur venir en aide.

Méthodologie (PDF)

CH-FR